+32 (65) 88.10.46

Actualités

Les dernières nouvelles du Cequal !
16 Nov 2015

Conseils d’un pro pour décrocher la Lune !

Voici les conseils de Philippe Leman, orateur lors de la soirée d’anniversaire des 20 ans du Cequal. Coach stratégique pour de nombreuses entreprises, il intervient notamment chez ICHEC Entreprises.

Un de vos exposés s’intitule « Vaut-il mieux être leader ou manager ? ». Quelle réponse donnez-vous à cette question ?

 » La question se veut naturellement provocante puisque la réponse est… les deux. Il s’agit toutefois d’être nuancé car ces rôles, tout en étant complémentaires, se vivent différemment au gré de ma fonction et de ma position hiérarchique.  Rappelons déjà que « manager » vient de « to manage » qui veut dire « gérer ». Un manager, cela gère des biens, des équipements, des finances. Avec des objectifs à atteindre, des processus que l’on veut robustes et prévisibles, etc. Et tout cela est indispensable au bon fonctionnement de l’organisation. Mais cela ne suffit pas pour atteindre la Lune.  « Leader » vient de « to lead » qui veut dire « guider ». Le leader s’intéresse à la vision (dans laquelle s’inscrivent précisément les objectifs), et aux personnes, aux équipes (qui activeront et amélioreront nos processus-clés). Au style transactionnel du manager (tu me donnes ceci, en échange de quoi l’entreprise te donne cela). Le leader adopte un style inspirant.

 » La majorité des gens aspire à participer à quelque chose qui les dépasse un peu, quelque chose qui me grandit et grandit les autres « .

Là où le manager recherche des résultats, le leader recherche un accomplissement. À la recherche de stabilité pour le manager, le leader choisit plutôt de développer le potentiel. On le voit, l’un n’est pas « meilleur » que l’autre.

« Sans le manager, le leader pourra rêver de la Lune mais il ne l’atteindra pas. Sans le leader, le manager s’arrêtera probablement à quelques satellites orbitant autour de la Terre ». 

Enfin, plus le responsable s’élève dans la hiérarchie, plus le rôle de leader doit prendre le pas sur celui de manager… car il y a de plus en plus de managers travaillant pour et avec lui/elle et de moins en moins de personnes vers qui tous se tendent pour savoir ce que l’on veut atteindre… ensemble. Et pourquoi ».

Comment un manager peut-il motiver ses collaborateurs à faire ce qu’il leur demande quand ils ne travaillent pas dans un secteur de rêve, comme celui de la NASA ?

« Dieu merci, dirais-je, les secteurs de rêve n’existent pas. Même si certains domaines d’activité ont une finalité plus inspirante que d’autres. On pensera aux soins de santé par exemple. La grande majorité des secteurs peut prétendre à une valeur ajoutée susceptible de motiver les collaborateurs. C’est le rôle du leader de la mettre en évidence : détente et confort pour l’industrie hôtelière, sécurité pour le contrôle aérien, qualité et durée de vie pour l’industrie pharmaceutique, etc. C’est précisément un des leviers dont dispose le leader. Et celui-ci s’exprime au travers de la mission de l’organisation: « Pourquoi sommes-nous là ? ».
Un autre levier fondamental est la reconnaissance. Reconnaissance de l’utilité et de l’importance du collaborateur. Est-ce que je prends le temps d’exprimer à mes collaborateurs que j’ai besoin d’eux, de leurs savoirs, de leurs compétences, de leurs talents, de leur motivation ? Et reconnaissance des efforts accomplis et des résultats atteints. Une reconnaissance personnelle et spécifique pour chacun(e).
Mais, rappelons-nous cette petite règle : on reconnaît les efforts, on récompense les résultats. En d’autres termes, on ne récompense pas les efforts sans résultats. Mais il existe tant de moyens de les reconnaître… ».

Trois conseils concrets pour décrocher la Lune en tant que manager ou collaborateur ?

1.    Donner du sens, donner du sens et donner du sens. En tant que manager/leader, est-ce que je prends régulièrement le temps de donner du sens à nos actions, à expliquer le sens de ce que je demande ? Et, en tant que collaborateur, loin de rester passif, est-ce que je me mets activement en recherche de sens ?

2.    Mon deuxième conseil est couvert par cette question : « Est-ce que je mets les autres en capacité d’agir ? ». En tant que manager, est-ce que je m’assure que mes collaborateurs disposent des compétences nécessaires. En tant que collaborateur, suis-je en demande de mise à jour, d’élargissement de mes compétences et connaissances ?

3.    Atteindre la Lune est ambitieux et suppose de challenger l’existant, d’être capable de questionner et de revisiter nos façons de faire actuelles, de se réinventer constamment. Ai-je cette souplesse d’esprit, cette agilité nécessaire tant comme manager/leader que comme collaborateur ? On n’atteint pas la Lune en pensant « oui, mais… ». On atteint la Lune en pensant « Pourquoi pas ? ».